Ochsenälpeleskopf

par fanch43

Quel drôle de titre pour un article … Mais après notre visite au Ammerwald cet hiver, nous avons décidé de retourner au cœur du massif d’Ammer, pour avoir une vue un peu plus détaillée des différents sommets, la neige en moins.

Après quelques recherches de randonnées, notre choix s’est porté sur le Ochsenälpeleskopf, dont la difficulté convenait plus à nos capacités. En route vers les Geierköpfe, Hochplatte, Säuling, …

Alors qu’à Munich l’Oktoberfest fait rage pour son dernier week-end, 2 heures de route nous permettent de rejoindre la nature et le calme, même si la destination reste assez prisée des randonneurs. Après une première journée de mise en jambe avec une petite heure de grimpette à partir de l’Ammerwaldalm, nous rejoignons l’hôtel pour prendre des forces, et partir dès l’aube le lendemain matin (11h Clignement d'œil).

La montée débute par le Schützensteig qui, après le passage d’une belle cascade, nous mène sur les plateaux d’alpage, avec la Jägerhütte comme point de passage pour différents départs vers les sommets environnants.

Peu après, pause pique-nique au niveau du Hirschwängalp. Les vaches venaient tout juste de quitter l’alpage pour rejoindre la vallée (elles avaient laissé quelques indices pas tous à fait secs sur l’herbe, pour être précis) ! De là, nous avons un aperçu de l’effort qui nous attend, mais une simple pensée à la belle vue que nous aurons de là-haut et nous continuons vaillamment notre ascension (nous sommes à mi-chemin) !

Et en effet après encore 500m de dénivelé, la croix du sommet, et le panorama sur les alpes bavaroises, avec en prime dans un ciel très clair le Zugspitze , point culminant d’Allemagne.

Le petit film suivant montre le panorama à 360°, du Hochplatte au Geierköpfe, en passant par la vue sur Füssen (en direction des châteaux de Bavière: Neuschwanstein et Hohenschwangau, à 2h45 de marche depuis la Jägerhütte).

La majeure partie de la randonnée se situe en Allemagne, même si le point de départ est en Autriche. L’ascension finale suit la frontière entre les deux pays, mais en 1844, lorsque la frontière a été marquée c’était alors entre le Tyrol, et la Bavière (rattaché à la Prusse en 1871) comme l’indique les bornes, que nous avons trouvées le long du chemin.

La carte suivante résume notre ascension, avec les différents points de passage.

Le lendemain, alors que la brume matinale se dissipe avec l’arrivée du soleil, nous rejoignons le Plansee, lac que nous avions vu gelé cet hiver et qui alimente le Lech.

Cette excursion nous a fait découvrir le Tyrol en automne, sans neige et sous un beau soleil.

Publicités
Étiquettes : , ,

One Trackback to “Ochsenälpeleskopf”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :